Accueil > Internet et réinvention de l’action politique > La grève générale en Egypte, en direct sur Facebook, les blogs, Twitter (et (...)

La grève générale en Egypte, en direct sur Facebook, les blogs, Twitter (et Bétapolitique !)

dimanche 6 avril 2008, par Ronai Maurice

« Opération Villes mortes », « journée de colére populaire » : l’appel à la gréve générale en Egypte dimanche contre la vie chère s’est propagé sur Internet de blog en blog et par SMS.

S’opère ainsi une étrange jonction entre des mouvements sociaux traditionnels et la rebellion d’une partie de la société civile. Internet (et Facebook singulièrement) semblent avoir joué un rôle essentiel dans la mobilisation de la société civile.

Phénomène radicalement nouveau : il est possible de suivre à distance, via Facebook ou Twitter, quasiment en direct ce mouvement social, son étouffement et sa répression par la police.

On apprenait, ainsi, par exemple, ce (dimanche) matin via le Twitter d’Alaa, le vétéran de la blogosphère égypienne que « Mohammed Sharkawy et Mohamed Al Ashqar avaient aparemment été arrêtés ». Et il y aquelques heures que la police avait procédé a une série d’arrestations : "Many arrests all over town, @MaLek arrested and is now in masr el qadima police station..."

Selon le blog ArabMedia « Les premières nouvelles initiales que j’ai sur Mahalla ne sont pas bonnes... Il semble que la grève a avorté. L’usine est assigée par la police. Les forces de sécurité entourent l’entreprise. La police contrôle les entrées et les sorties des ouvriers. À l’intérieur, il y a des agents de sécurité partout pour disperser les ouvriers qui se réunissent... J’ai parlé avec un syndicaliste à l’intérieur de l’usine : En civil. En civil. Pas d’unformes. Les agents de sécurité sont en civil. Sécurité d’État, police, gangsters. Il y a même les gens du Mukhabarrat ici... Le personnel en uniforme a été retiré de l’usine et remplacé par ces agents en civil. »

La suite sur Bétapolitique